La chèvre 05 octobre 2007 à 12h38 | Par Julien Diependaele

Plan d´aides - « Un rééquilibrage est nécessaire » estime un collectif d´éleveurs mécontents réuni à Tech Ovin

Imprévu, un débat s´est tenu le 5 septembre sur le Salon Tech Ovin avec pour thème « Quel avenir pour l´élevage ovin en Limousin ? »

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après quelques revendications exprimées lors de l´inauguration du Tech Ovin auprès de la représentante de ministre, un collectif d´éleveurs mécontents s´est manifesté contre « un plan d´aides nettement insuffisant et qui écarte les éleveurs mixtes bovins-ovins. » Baptisé « Sauvons les moutonniers », il rassemble Gérard Etien (FDO Allier) et Martial Vigneras (FDO Haute-Vienne) et se montre hostile à ce plan d´aides. Pour en discuter, un débat improvisé s´est tenu sur le Salon Tech Ovin. Président de Limovin, François Vannier dresse un bilan du malaise des éleveurs ovins face à l´évolution de leur revenu : « L´écart de revenu entre les éleveurs atteint dans la région 30 à 40 % et il est nécessaire d´obtenir plus d´un agneau par brebis pour obtenir un revenu suffisant. Le prix de l´agneau est à 100 euros et on peut s´inquiéter d´obtenir une bonne maîtrise de la commercialisation pour que l´éleveur en vive ! »
Mettre l´agneau français en valeur
Pour Gérard Etien : « L´agneau devient une viande de luxe et les acheteurs s´orientent vers le moins cher, l´Irlandais par exemple. » Martial Vigneras plaide pour « l´obtention de règles plus précises à l´import et pour imposer notre production dans les rayons. La situation est calamiteuse et les GMS ne font pas suffisamment d´efforts pour mettre en avant l´agneau français dans les rayons ».
Bernard Martin, président de la FNO estime que « les éleveurs ne doivent pas se concurrencer sur nos marchés. Livrer des agneaux à Parthenay a fait chuter les prix dans le Sud- Est. Combien de temps encore va-t-on jouer au yo-yo ? Les filières organisées et avec des marques de qualité parviennent bien à valoriser nos agneaux. Un rééquilibrage par des aides est nécessaire mais il faut aussi le revoir à Bruxelles. » Ce que confirme Jean-Marie Delage, président de la Chambre d´agriculture de la Haute-Vienne : « Les trésoreries sont au plus bas et on ne peut parler d´investissement. Ce rééquilibrage pourrait au niveau national s´opérer avec l´appui des autres productions. »

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui