La chèvre 24 septembre 2007 à 17h11 | Par Bernard Aumailley - L´Agriculteur charentais

Didier Rat, président du Brilac - « La délocalisation n´est pas une fatalité »

Pour favoriser la transmission et l´installation en caprin, la région Poitou-Charentes a mis en place un observatoire des éleveurs de plus de 50 ans. Didier Rat voit là une occasion pour installer une génération d´éleveurs qui améliore ses conditions de travail et partage le temps d´astreinte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

40 % des éleveurs caprins de Poitou-Charentes ont plus de 50 ans et les deux tiers sont incertains sur leur succession.
Cette situation vous préoccupe-t-elle ?
Didier Rat - Oui, cela nous inquiète. L´installation et la transmission sont des gros chantiers que nous posons sur la table et il y a du travail. Nous devons notamment convaincre nos collègues agriculteurs, dynamiser la filière, dire que l´on peut vivre de notre métier. Il faut arrêter de dire que nous travaillons trop pour ne pas gagner d´argent. C´est vrai que, face aux 35 heures, notre métier est exigeant. A nous d´innover sur les conditions de travail. Et il y a des pistes : travail en commun, groupements d´employeurs, remplacements. Même si, aujourd´hui, les jeunes ne sont pas assez formés pour cela. Ils veulent s´installer seuls pour faire leurs preuves. Mais ce n´est peut-être pas la bonne formule. Même si la forme sociétaire n´est pas la panacée, on peut aussi inventer des salariés à mi-temps.
Peut-on penser que moins il y a d´éleveurs, mieux se portent ceux qui restent ?
D. R. - Si le lait ne se fait pas dans nos régions, les entreprises vont le chercher ailleurs et demain, il se pourrait que nous perdions aussi ces entreprises. Or, en Poitou-Charentes, nous avons le désavantage de faire d´autres productions agricoles. Il faut alors faire attention à l´image colportée sur l´élevage de chèvres. Pourtant, il n´y a pas de raison pour croire que cette production est plus difficile qu´une autre. Tous les appuis existent : des instituts de formation, de génétique, aux personnels consulaires et techniques.
Etre éleveur caprin ne s´improvise pas.
D. R. - C´est une production à part entière, comme les moutons ou les vaches laitières.
Aujourd´hui, on peut se former. La balle est avant tout dans notre camp pour dire que nous pouvons en vivre. Les transformateurs sont là, car ils ont plus intérêt à protéger leurs approvisionnements dans notre région.
La délocalisation n´est pas une fatalité. Si l´on va chercher du lait en Espagne, c´est qu´il existe des débouchés. Il a fallu travailler dur pour obtenir ces débouchés. Ils sont là et nous n´avons pas la production ! Heureusement, cette tendance n´est pas une fatalité et c´est à nous de le prouver.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui