La chèvre 05 avril 2001 à 09h14 | Par Jean-Claude Le Jaouen

Conduite d´élevage - Les lactations longues en question

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Longtemps conséquence du simple maintien en lactation des quelques chèvres bonnes productrices en échec de reproduction, ou technique complémentaire du déssaisonnement avec recyclage des primipares, les lactations longues tendent à être systématiquement pratiquées dans un nombre croissant d´élevages en système intensif. Parfois subie ou volontaire, cette technique soulève cependant des questions.
Une récente enquête conduite chez 108 élevages de Vendée en contrôle laitier a montré que 74 % des troupeaux pratiquaient les lactations longues (LL). Parmi ces derniers, 38 % conduisaient plus de 10 % de leurs femelles en lactations prolongées.
Cette technique est associée généralement au déssaisonnement, mais certains éleveurs en font une technique de simplification de la conduite des troupeaux : recyclage des primipares, réduction du nombre de mises-bas chez les adultes...
Pour les adultes, l´étude montre que la production laitière moyenne pendant 2 ans est de 1 718 kg pour une durée moyenne de lactation de 626 jours. La production journalière de ces laitières est de 2,7 kg/jour. Les taux butyreux et protéiques moyens des lactations longues sont respectivement de 32,4 et 30,3 g/kg (majorité de Saanen) tandis que le taux cellulaire moyen est de 798 000 cellules/ml.
Quant aux primipares, pour une durée moyenne de lactation de 487 jours, la production moyenne est de 1 371 kg (2,8 kg/j) avec un TB de 32,5 g et un TP de 29,5 g par kg.
Ainsi globalement il apparaît, qu´à durée comparable, une femelle en lactation longue produit autant de lait qu´une autre effectuant deux lactations "normales" successivement. De plus la richesse du lait ne semble pas affectée par le prolongement de la lactation, le TB ayant même tendance à être supérieur en lactation longue.
Parmi les questions qui restent en suspens figurent l´incidence réelle d´une lactation longue, sur les taux cellulaires (observations parfois contradictoires) et sur la reproduction ultérieure des chèvres bien que, là encore, il ne semble pas exister d´effets négatifs liés aux LL.
Ainsi dans les systèmes d´élevage en stabulation permanente, où le déssaisonnement conduit la plupart du temps à traire toute l´année, la prolongation des lactations des femelles restées vides après fécondation et détectées précocement à l´aide de l´échographie est une technique adoptée par un grand nombre d´éleveurs.

Jean-Claude Le Jaouen avec la collaboration de Gérard Brice

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui