La chèvre 13 novembre 2002 à 17h19 | Par J.-C. Le Jaouen

Elevage caprin aux Pays-Bas - Une filière industrialisée tournée vers l´exportation

La filière laitière caprine néerlandaise s´est développée et structurée depuis 1985 avec une forte croissance depuis le début des années 1990. Les prévisions de production sont de 140 à 150 millions de litres de lait en 2002/2003, soit près de 40 % de la collecte industrielle française.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Si l´élevage caprin dit "amateur" a toujours existé aux Pays-Bas (7000 chèvres en 1983), c´est à partir de 1985 que des élevages spécialisés se sont constitués avec la mise en place des premières collectes industrielles de lait de chèvre. Parallèlement à la production de fromages à pâtes pressées, un des objectifs était alors d´exporter du lait et du caillé vers la France, qui était déficitaire. Aujourd´hui la filière laitière caprine néerlandaise s´est développée et structurée. Elle connaît une forte croissance depuis le début des années 1990, avec des prévisions de production de 140 à 150 millions de litres de lait en 2002/2003.

120 millions de litres de lait de chèvre collectés
- 1993 : 134 élevages laitiers de 180 chèvres en moyenne, à 700 kg par an et livrant 125 000 kg de lait. La collecte de 17 millions de litres était assurée par 3 coopératives et 4 industriels privés. Le cheptel caprin national comptait alors 56 000 têtes.
- 2001 : 350 élevages laitiers de 300 à 500 chèvres à 750 kg et livrant 400 à 500 000 litres par an.
- Une dizaine d´entreprises collectent 120 millions de litres de lait de chèvre.
- Avec les élevages dits "amateurs", les Pays-Bas comptent au total 190 000 chèvres, selon les statistiques officielles. Certaines entreprises, essentiellement des coopératives, n´assurent que la collecte du lait (coopératives Amalthea, CBM, BGNN) et font fabriquer leurs produits (fromages, poudre de lait, etc.) par d´autres sociétés ou leur vendent leur lait. D´autres entreprises privées collectent, transforment et commercialisent (Bettwehoeve, Van Dijk Kassmakerij BV, etc.). Enfin de grands groupes laitiers comme Campina Melkunie ou Frico achètent du lait de chèvre qu´ils transforment, et commercialisent les produits sous leurs marques.

Outre une production de poudre de lait de chèvre principalement exportée vers l´Asie (Chine, Taïwan), le Brésil et l´Europe, l´essentiel de la transformation est orientée vers des fromages pur chèvre à pâte pressée demi-cuite de type Gouda. L´originalité des Néerlandais est, en effet, d´avoir créé une version "chèvre" du Gouda, fromage de vache le plus courant aux Pays-Bas. Ce nouveau produit, qui s´intègre parfaitement à l´image fromagère traditionnelle du pays, représente près de 80 % des fabrications. Outre le Gouda de chèvre classique, généralement présenté en pièces de 2, 4 et 10 kg avec un affinage de 4 à 6 semaines, des variantes aux herbes, aux poivrons, aux oignons, à l´ail et au persil, au calendula et même à la pomme de terre, sont proposées sur le marché intérieur à des prix au détail de 12 à 16 e le kilo.
©D. R.

Légende - Fromages de chèvre en libre-service
70 % des fromages produits aux Pays-Bas sont exportés.

L´exportation des fromages, principalement axée sur l´Allemagne, la Belgique et plus secondairement la France, représente 70 % de la production car le marché national néerlandais reste limité. Le fromage de chèvre est en effet assez peu connu des consommateurs aux Pays-Bas et fait plutôt figure de spécialité, même s´il est généralement présent dans les linéaires des GMS. Les opérateurs cherchent à diversifier leurs débouchés avec de nouveaux fromages (tommes blanches, chèvres lardés, bûches, fromages lactiques), en proposant des recettes culinaires à base de fromage ou en lançant du lait de chèvre UHT. Un courant d´exportation de lait et de caillé à destination de la France se maintient, mais les entreprises néerlandaises se heurtent à la concurrence de l´Espagne, principal pays fournisseur des importations françaises (73 millions d´équivalent litres de lait importés en 2001).

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui