La chèvre 02 juin 2006 à 17h24 | Par Propos recueillis par Jean-Claude Le Jaouen et Dam

Filière caprine - « S´engager et se donner les moyens pour continuer à fédérer les éleveurs » conseille R. Vérichon

Roland Vérichon, ancien membre du bureau de la fédération nationale des éleveurs de chèvre répond à trois questions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´âge de la retraite approchant, vous venez de quitter vos responsabilités à la Fnec. Quels enseignements en tirez-vous ?
Roland Vérichon - Je n´abandonne pas la filière caprine ; après 50 ans d´engagement associatif et syndical, le livre ne se referme jamais définitivement. Je ne regrette en rien le temps passé au service de la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec) et des éleveurs qu´elle représente. Il faut rappeler que la Fnec est la seule organisation nationale reconnue, représentative de tous les éleveurs de chèvres qu´ils soient livreurs ou bien transformateurs à la ferme, quelque soit leur région d´appartenance et leur dimension économique. La « fédération » est là pour « fédérer », c´est-à-dire pour réunir l´ensemble des éleveurs sans discrimination.
Le travail des professionnels et leur présence dans les différentes instances décisionnelles sont absolument indispensables. Qui mieux qu´eux peut avoir une vision objective et pertinente sur les conséquences de telle ou telle décision ou réglementation dans les élevages et sur l´ensemble de la filière.
Durant ces années passées à la Fnec, je me félicite d´avoir pu travailler avec une équipe bien soudée et dans un esprit de convivialité, même si parfois les débats étaient « chauds » ; je souhaite que le même état d´esprit perdure à l´avenir. Certes, j´ai consacré du temps à la profession, mais, en échange, quelle satisfaction quand nos propositions sont prises en considération ou quand des dossiers aboutissent favorablement.

Quel jugement portez-vous sur le fonctionnement des structures professionnelles nationales de la filière caprine ?
R. V. - Je pense qu´avec une structure syndicale forte - la Fnec - une interprofession - l´Anicap - qui réunit tous les acteurs de la filière en un même lieu de discussion et de concertation, une structure technique généraliste - l´Institut de l´élevage - et des structures techniques spécialisées comme par exemple, Caprigène ou l´ITPLC, la filière caprine est bien armée pour assurer son évolution et son développement, à la condition qu´elle utilise correctement ces différents « outils » et qu´elle s´en donne les moyens.
S´en donner les moyens, c´est se donner les moyens matériels et humains, mais également des moyens financiers, les premiers étant dépendants des seconds. Le désengagement accéléré des pouvoirs publics dans le financement des organismes doit impérativement faire réagir tous les responsables professionnels. La pérennité de l´ensemble de nos structures passe par une réflexion urgente de leur mode de financement. Il est important que tous les éleveurs soient conscients que nous devons, dès à présent, assurer une plus grande partie du financement de leur fonctionnement, faute de quoi tout le travail réalisé depuis de longues années pourrait être remis en cause.

Bon nombre d´éleveurs hésitent à prendre des responsabilités craignant de négliger leur exploitation. Comment les convaincre du contraire ?
R. V. - Prendre des responsabilités professionnelles n´implique pas nécessairement de négliger son élevage, cela peut être tout simplement une question d´organisation.
Dans la vie professionnelle, il y a des degrés depuis l´engagement et la participation jusqu´aux responsabilités locales, départementales, régionales et enfin nationales.
La Fnec a eu, depuis plusieurs années déjà, le souci d´assurer la formation des futurs responsables professionnels, hommes ou femmes, en organisant en régions et sur demande des formations adaptées.Toutes les responsabilités n´entraînent pas toujours une débauche de temps à y consacrer. L´excuse du temps disponible est encore trop souvent un argument fallacieux. Plus nombreux seront les éleveurs à s´engager dans la défense professionnelle et à y participer effectivement, moins la charge sera importante pour chacun d´entre eux.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui