La chèvre 27 mai 2005 à 18h02 | Par Propos recueillis par Jean-Claude Le Jaouen

Génétique ovine - « Le schéma de sélection caprin est performant au niveau génétique » affirme Caprigène

Trois questions à Geneviève Barrat, présidente de Caprigène.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Peut-on dire que le schéma de sélection caprin est performant aujourd´hui ?
Geneviève Barrat - Oui, au niveau génétique, le schéma est performant, grâce à un noyau d´éleveurs sélectionneurs stable. A titre d´exemple pour les 850 éleveurs concernés, le taux d´IA est de 40 % des chèvres, alors que le contrat prévoyait 30 % seulement. Ceci a permis de réaliser sur 10 ans un gain génétique de 125 kg de lait en saanen et de 139 kg en alpine, et un gain de TP de 0,8 et 0,9 g respectivement. Par contre, le point faible reste la diffusion du progrès génétique car la majorité des IA par lesquelles se crée et se diffuse le progrès génétique reste surtout limitée aux adhérents de Caprigène. Un effort a été fait pour la diffusion avec la possibilité offerte aux éleveurs au contrôle laitier, mais hors Caprigène, d´avoir accès à des doses de boucs améliorateurs. Cette possibilité est également offerte, dans certaines conditions, aux éleveurs qui ne sont pas au contrôle laitier.
Pour favoriser la diffusion, la section caprine de l´Unceia a mis en place une animation de pôles de diffusion confiée à Pierre Martin, responsable technique de Caprigène. L´objectif de ces pôles est de développer l´insémination artificielle, et par conséquent, de faire bénéficier du progrès génétique le plus grand nombre d´éleveurs. Il n´est pas inutile de rappeler que tous les éleveurs utilisant des boucs en monte naturelle bénéficient également d´un gain génétique certain, même s´il est moindre, dans la mesure où leurs boucs proviennent d´élevages qui adhèrent à Caprigène.
Y a-t-il de nouveaux critères de sélection envisagés ?
G. B. - Aux critères de sélection classiques, lait, TP et TB avec gestion de la variabilité génétique viendront s´ajouter prochainement de nouveaux critères. Le plus avancé est la création d´un index morphologique basé sur le pointage des animaux avec une attention particulière portée à la conformation de la mamelle. Des études sont en cours pour améliorer aussi la facilité de traite et voir s´il existe un éventuel lien génétique avec les taux de cellules somatiques dans le lait.
Une recherche est également engagée pour étudier s´il existe un gène de résistance à la tremblante chez les caprins, comme cela existe dans certaines races ovines.
Les échéances d´application de ces nouveaux critères sont difficiles à fixer, sauf pour l´index morphologique qui devrait s´appliquer dès 2006. Les réunions régionales organisées cette année avec les éleveurs ont montré que ce thème de travail sur la morphologie correspondait à une attente forte sur le terrain.

Les caprins sont-ils concernés par la rénovation du DGF ?
G. B. - Depuis 1966 l´élevage et la sélection sont organisés en France dans le cadre d´une loi sur l´élevage. Cette loi a été très efficace, mais doit être adaptée au nouveau contexte européen. Ce qu´on appelle le Dispositif Génétique Français fait l´objet actuellement d´une réflexion avec tous ses acteurs, afin de définir de nouvelles bases de fonctionnement.
L´initiative de cette rénovation du DGF vient de l´Etat, qui a prévu une nouvelle loi d´orientation agricole.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui