La chèvre 04 avril 2018 à 08h00 | Par B. Morel

Un programme alimentaire pour gagner en taux

Evialis propose une gamme de solutions alimentaires conçue pour accompagner la chevrette puis la chèvre tout au long de sa carrière avec l'objectif de produire un lait de bonne qualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR - La Chèvre

Experte dans le domaine de la nutrition animale depuis plus de 60 ans, la marque Evialis, créée en 2007, est le fruit de regroupement de marques prestigieuses telles que Guyormarc'h, Cofna... Elle est aujourd'hui rattachée au Groupe Neovia (filiale nutrition et santé animale du groupe Invivo). Evialis s'appuie sur le pôle Recherche et Développement de Neovia dont le siège social est basé à Saint Nolff dans le Morbihan (56).

Les solutions proposées par la marque sont d'abord testées in vitro en laboratoire, puis in vivo, sur un troupeau d'un élevage partenaire. Une fois ces deux étapes validées, les produits sont proposés à des éleveurs qui vont tester ces produits sur leurs animaux. Ainsi, pour la mise sur le marché d'un produit innovant, il faut compter en moyenne trois ans.

Autant dire qu'il ne faut pas se rater et Evialis est fier de sa gamme caprine qui, selon Lætitia Giudicelli, chef de marché ruminants et caprins, a déjà bien fait ses preuves. Elle présente une offre étoffée de produits qui s'adaptent aux différents stades physiologiques de la chèvre. Evialis propose aux éleveurs un programme type permettant d'optimiser la croissance et les futures lactations de la chevrette.

La première recommandation est l'alimentation en colostrum afin d'assurer les premiers jours de vie de la chevrette. Elle enchaînera ensuite avec le lait en poudre de la marque, bien adapté à la physiologie de la chevrette pour permettre une bonne digestion et un niveau d'apport protéique adapté. Le programme prévoit un aliment spécial pour la croissance en pré-sevrage, étudié pour être très appétent à la chevrette et faire que le sevrage se passe dans les meilleures conditions. Cet aliment peut être complémenté par Clariphyt, produit participant à la prévention des problèmes respiratoires et digestifs, par exemple la coccidiose. En post-sevrage, la chevrette peut consommer un aliment riche en fibres qui va finir la croissance et préparer l'animal à la mise à la reproduction. Lætitia Giudicelli rappelle qu'à cette période, la chevrette doit avoir accès au foin et à la paille à volonté, ainsi qu'à une pierre à sel.

Cet échéancier permet à l'éleveur de s'y retrouver puisque les périodes sont délimitées d'une part, par l'âge de l'animal et d'autre part, par son poids. Il existe également un programme pour optimiser le tarissement et faciliter le retour en lactation. La chef de marché ruminants assure passer la moitié de son temps sur les exploitations afin de pouvoir répondre au mieux aux demandes des clients. « Je ne fais jamais une ration sans avoir vu les animaux dans leur cadre de vie. On apprend beaucoup de choses en allant sur l'élevage », explique-t-elle. L'équipe technico-commerciale de la firme d'alimentation mise beaucoup sur le conseil aux éleveurs dans leur travail quotidien. « Si, demain, il n'y a plus d'éleveurs, nous n'existons plus non plus. C'est donc normal de les aider et de les accompagner, poursuit-elle. Tous nos commerciaux sont formés pour faire des rations. Nous n'avons pas le droit à l'erreur, encore moins en caprin ».

« Nos produits sont en amélioration continue grâce aux preuves d'élevage, consolidées par les retours des éleveurs ». Pour l'éleveur, plus le retour sur investissement est rapide, plus l'aliment sera intéressant.

- © DR - La Chèvre

C'est dans cet objectif qu'Evialis a lancé, lors du salon Capri'nov 2016, la gamme Taux.

Nom mystérieux, mais pas tant que ça, puisqu'il s'agissait en premier lieu de combler la chute de taux en période estivale. Cependant, « l'objectif initial a vite été dépassé et les retours des éleveurs ont été un succès puisque non seulement la qualité du lait en période estivale est conservée, mais elle est même améliorée ! En moyenne, le lait gagne un point en TB et TP sur la période de prise du complément », s'enthousiasme Lætitia Giudicelli. La gamme Taux existe soit en aliment de production, soit en correcteur azoté ou en supplémentation. « L'éleveur peut choisir de donner l'aliment pendant toute la période de lactation et la qualité sera toujours améliorée. Ou alors il peut donner seulement sur la période estivale. Dans les deux cas, il s'y retrouvera économiquement ».

Lætitia Giudicelli précise que l'effet de la supplémentation se fait sentir rapidement: l'augmentation des taux est visible 15 jours après le début de la distribution. Un point de plus en TP et TB dans le lait, c'est pour l'éleveur un gain moyen de huit euros par chèvre pour une lactation de 300 jours et 1000 litres de lait, investissement déduit. Le produit de la gamme Taux est composé de vitamines, d'oligoéléments et d'acides aminés qui, une fois dans le rumen, vont faire augmenter la concentration des acides aminés limitants, permettant ainsi la hausse des taux.  Les chèvres accusent moins le coup en été.

Aujourd'hui, une cinquantaine d'éleveurs ont recours à la gamme Taux. Maxime Fouladoux, 25 ans, élève 275 chèvres dans les Deux-Sèvres. « J'utilise la gamme Taux depuis un an et j'ai vu l'efficacité du produit. On a gagné 1 point en TB et 1,6 points en TP, pour une marge nette à la chèvre de 8,27 euros sur la période d'essai de juin à septembre. Avec mes 200 000 litres annuels livrés à Lactalis, je voulais lisser la production estivale et avec ce produit, on voit que les chèvres accusent moins le coup en juillet-août. Depuis mon installation il y a trois ans, je distribue du foin de luzerne et de l'enrubannage de ray-grass italien et de trèfle et je suis dans un système 100 % en stabulation. Vu le bon retour sur investissement, il n'y a pas de raison de se priver du produit ». Maxime a choisi d'utiliser la gamme Taux toute l'année. Il distribue l'aliment déjà complémenté, ainsi il n'a pas de passage supplémentaire à faire. « Nous n'avons aujourd'hui que des retours positifs. Le produit convient à tout type d'élevage, à partir du moment où la ration est bien calée ! », conclut Lætitia Giudicelli.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Ressentez-vous les conséquences de la sécheresse ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui