La chèvre 05 mai 2010 à 10h01 | Par D. Hardy

Prix du lait - Les éleveurs de chèvre s'impatientent

Autant sur le terrain qu'au niveau national, les éleveurs de chèvres s'exaspèrent de ne pas connaitre le prix du lait qu'ils livrent depuis plus d'un mois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les entreprises laitières ont tardé à annoncer leurs grilles de prix pour les mois à venir. Une situation qui laisse la place aux rumeurs et irrite fortement les producteurs.
Les entreprises laitières ont tardé à annoncer leurs grilles de prix pour les mois à venir. Une situation qui laisse la place aux rumeurs et irrite fortement les producteurs. - © D. Hardy

Alors que le 4 mai dernier devait se dérouler à Paris une réunion de travail interprofessionnelle sur la prospective de la filière caprine, la Fnec, la Fédération nationale des éleveurs de chèvres, a quitté la salle pour protester contre le silence des laiteries vis à vis du prix du lait.

"Comment oser faire de la prospective aujourd’hui alors qu’une situation inacceptable est en train de se produire ?" s'interroge le syndicat dans un communiqué daté du 4 mai. "La majorité des éleveurs livrent leur lait depuis déjà un mois sans savoir le prix auquel il sera payé. Pour le mois de mai la situation est semblable. Dans ce contexte où chaque entreprise attend que l’autre se découvre pour se positionner, cela peut durer très longtemps !"

Lors d'une réunion de bureau interprofessionnel improvisé, à laquelle ont participé les représentants de la Fnil, la FNCL et la Fnec, La Fnec a exprimé son "vif ras-le-bol vis-à-vis des entreprises qui ne tiennent pas l’ensemble des engagements pris fin février". Le syndicat des chevrier a demandé la tenue d’une réunion d’urgence avec l’ensemble des transformateurs afin de ré-analyser la situation de chacun et donner des orientations claires pour l’ensemble de la filière. Dans le même temps, la Fnec prévient qu'elle "alerte les pouvoirs publics au plus haut niveau sur cette situation qui est intenable pour les producteurs".

Vendredi 30 avril, des producteurs avaient manifesté leur mécontentement dans les supermarchés de Poitou-Charentes et Maine-et-Loire en retirant les fromages de chèvres Lactalis des rayons et en barrant les étiquettes de prix. A Thouars, Bressuire, Angers, Poitiers et en Vendée, les éleveurs du collectif des éleveurs de chèvres voulaient ainsi exprimer leur mécontentement face au manque d'information des laiteries. Puisque les laiteries n'informant pas sur le prix du lait de chèvre, ils ont invité les clients à fixer eux-mêmes le prix des bûchettes.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Êtes-vous souvent au bureau ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui