La chèvre 29 juillet 2009 à 09h50 | Par D. Hardy

Poitou-Charentes - Ségolène Royal défend le projet de biopôle caprin

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Lors de la séance publique du conseil régional du Poitou-Charentes du 6 juillet dernier, Ségolène Royal, présidente de région, et Colette Baland, éleveuse de chèvres et vice-présidente, ont défendu la mise en place du Biopôle caprin. Ce pôle a pour vocation de développer le savoir-faire des éleveurs et des appels à projets ont déjà été lancé sur des bâtiments évolutifs, peu gourmands en énergie et sur des techniques permettant une meilleur autonomie fourragère des éleveurs caprins, pour développer l'alimentation des chèvres à l'air libre.

Dans un débat houleux (voir la vidéo du débat), majorité et opposition régionale sont revenus, entre autres, sur Cabrilia. "Quelle différente y-a-t-il entre le biopôle que vous avez créée et Cabrilia ? " demande un conseiller de l'opposition. « Ce sont des vrais éleveurs ! Ils ne sont pas mis sous globe pour les touristes » répond Ségolène Royal. Et Colette Baland de préciser que le biopôle n'est pas un musée comme Cabrilia, mais un lieu de rassemblement des professionnels de la filière caprine qui va de la production de la matière première jusqu'au produit fini destiné à la commercialisation.

Ségolène Royal précise sa pensée "Il faut investir pour maintenir les éleveurs sur leur lieu de travail, de production, d'élevage ; pour que les touristes aillent vers les éleveurs ; où on peut faire en plus de la multi-activité. C'est-à-dire l'accueil à la ferme, le développement touristique, l'élevage, la remise des chèvres à l'herbe, sur le terrain, dans les communes, dans les villages pour faire de la vitalité régionale, plutôt que de faire cumuler, de rassembler tout le monde dans une seule vitrine, au bord d'une route, où les chèvres parquées dans un espèce de musée ! Alors que c'est la réalité du territoire, les chèvres dans l'identité rurale de la région ! On n'a pas à les parquer, pour que les enfants puissent voir des chèvres parquées ! Qu'ils aillent dans les fermes, sur la route du chabichou, effectivement ! ».

 

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

La revue La chèvre a 60 ans : racontez vos souvenirs avec le magazine.

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui