La chèvre 15 mai 2018 à 10h00 | Par B. Morel

Le syndicalisme caprin fête ses noces de diamant en Bourgogne

La Fnec a célébré le 60ème anniversaire de sa création à l’occasion de son assemblée générale, en avril en Saône-et-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de l'assemblée générale de la Fnec, les participants ont assisté à une table ronde sur le bien-être animal et l'image de l'élevage dans la société.
Lors de l'assemblée générale de la Fnec, les participants ont assisté à une table ronde sur le bien-être animal et l'image de l'élevage dans la société. - © B. Morel

En plein cœur de la Bourgogne, dans l’AOP viticole Saint-Véran, plus de 110 chevriers venus de toute la France se sont réunis pour partager un moment de (re)découverte et de convivialité à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec).

Le lycée agricole de Davayé, aux alentours de Mâcon, a hébergé l’événement qui s’est étalé sur deux jours, les 4 et 5 avril. Le site comprend également un centre de formation pour adultes (CFPPA), un atelier viticole dont les grands crus bios ont fait le bonheur des participants et une exploitation de 200 chèvres alpines. L’atelier de transformation fromagère permet la fabrication du fameux mâconnais AOP à partir des 120 000 litres de lait produits. « Le lycée de Davayé est la référence caprine en Bourgogne-Franche-Comté et tente de remédier à la carence dans cette région en formation pour cette production », expose Jean-Philippe Bonnefoy, président du syndicat caprin de Saône-et-Loire et vice-président de la Fnec.

Les participants ont pu se régaler de saucissons de chèvre, pâté de chevreau et des deux AOP caprines de la région, le mâconnais (83 tonnes produites en 2016) déjà évoqué et le charolais (63 tonnes produites en 2016), un des plus gros fromages de chèvre français sous appellation.

Historiquement, la Saône-et-Loire a toujours compté des ateliers caprins en complément et diversification des ateliers bovins allaitants ou des vignes. La production caprine s’est professionnalisée au cours du temps, s’est structurée et a petit à petit fait remonter le besoin d’une représentation nationale. Si bien qu’il y a 60 ans, naissait la Fédération nationale des éleveurs de chèvres, sous l’impulsion de plusieurs départements et régions, dont la Bourgogne, aime à rappeler Jean-Philippe Bonnefoy.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Confiez-vous votre élevage facilement ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui