La chèvre 11 juillet 2018 à 08h00 | Par D. Hardy

L'agriculture, une aventure collective

L'agriculteur n'est pas tout seul et, souvent, il est même plus fort en groupe. En plus de l'intérêt économique, le travail à plusieurs permet un enrichissement né de l'échange humain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus fort ensemble.
Plus fort ensemble. - © B. Morel

"Tout commence à la nuit des temps où les premiers agriculteurs ont décidé d'unir leurs intelligences et leurs forces de travail pour cultiver des céréales à grande échelle », expliquait Éric Birlouez, sociologue de l'agriculture et de l'alimentation, en présentation du Salon de l'agriculture 2018 qui avait pour thème « l'agriculture, une aventure collective ». « En France, l'agriculture a été une activité collective jusqu'à une date très récente dans le sens où elle était pratiquée par une très large fraction de la population ». En 1955, 31 % des actifs travaillaient encore dans le secteur agricole contre 3 % aujourd'hui.

Ce collectif venait aussi du fait que tous les membres de la famille cultivaient des champs et s'occupaient des animaux. C'est bien différent aujourd'hui où deux conjointes d'agriculteurs sur trois exercent une activité professionnelle à l'extérieur.« À mesure que déclinait le modèle ancien, le collectif revêtait de nouvelles formes, poursuit le sociologue. Prolongeant les traditionnels réseaux d'entraide, les agriculteurs se sont regroupés en organisations professionnelles, coopératives, syndicats, banques, Cuma, Gaec, sociétés ou groupements... »

La suite dans La chèvre n°347 de juillet-août 2018 :

- Trois formes juridiques pour s'associer - SCEA, EARL, Gaec, les différentes façons de travailler à plusieurs

- En Gaec pour avoir une vie sociale et familiale - Dans les Deux-Sèvres, le partage des tâches permet de s'aménager de vrais temps libres

- La ferme des « neufs » - Ils sont neuf, jeunes et nouveaux installés. Ils se sont lancés collectivement en Haute-Vienne.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Êtes-vous souvent au bureau ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui