La chèvre 01 septembre 2004 à 11h08 | Par Bruno Lamaix, Caprigène France, Capri-IA

Elevage caprin/Génétique - Comment devient-on un bouc améliorateur ?

Chaque année, sur 250 jeunes boucs issus des meilleurs élevages et qui subissent un programme de sélection rigoureux, seuls 35 à 40 seront agréés. Un véritable parcours du combattant avec beaucoup de candidats mais peu d´élus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les semences proposées chaque année sur le catalogue d´insémination, édité par Capri-IA, sont issues des meilleurs boucs de France. Avant même de voir le jour, ces mâles font l´objet d´une sélection impitoyable, pour atteindre le statut officiel de bouc améliorateur agréé pour l´insémination.
Le travail de sélection commence bien avant le tri des jeunes mâles susceptibles d´entrer en centre de production de semences.
La première sélection concerne d´abord les parents des futurs boucs d´insémination. Les meilleurs mâles d´insémination, appelés pères à boucs, sont triés pour être accouplés avec les meilleures femelles, elles-mêmes appelées mères à boucs. C´est l´étape des accouplements programmés. Afin de s´assurer que ces mères à boucs retenues pour les accouplements programmés sont connues de manière fiable et ne présentent pas de risque sanitaire, elles sont choisies dans les élevages Gènes + dits connectés et adhérents au Contrôle Sanitaire Officiel tremblante. Ils ont la particularité de posséder un nombre suffisant de femelles issues d´IA pour garantir la fiabilité de leurs index.

Etre issu de bonne famille pour être sélectionné
 Critères de connexion :
- Plus de 20 % de femelles en 1re lactation issues d´IA
- Plus de 10 % de femelles en 2e lactation issues d´IA
- Plus de 5 % de femelles en 3e lactation issues d´IA
- Plus de 50 % de femelles en 1re lactation avec généalogie connue
- Plus de 70 % de femelles en 2e lactation avec généalogie connue
Parmi les femelles présentes dans ces élevages, les meilleures chèvres sont choisies par Caprigène France et Capri-IA, selon des paramètres physiologiques de reproduction et les objectifs de sélection fixés par l´ensemble de la filière : quantité de lait, quantité de matière protéique, quantité de matière grasse, morphologie. Le choix des pères à boucs (20 à 25 chaque année) est plus simple puisqu´ils sont tout naturellement boucs améliorateurs d´IA. Leur niveau génétique est donc élevé et surtout très bien connu, de même que leur statut sanitaire.
©DR

©DR La race Mérinos présente une finesse de laine incomparable

Un premier tri en élevage
Les 600 à 800 accouplements programmés chaque année vont, en moyenne, donner naissance à 250 mâles susceptibles d´entrer en centre de production de semences. Pour obtenir l´autorisation d´entrer en centre, les jeunes boucs reçoivent la visite d´un technicien de Capri-IA. Ce dernier, après s´être assuré que le jeune mâle ne présente aucun défaut de conformation, effectue des prises de sang sur le chevreau et sa mère. Ces échantillons permettent de réaliser des contrôles de filiation, des typages pour la caséine alpha S1 ainsi que des analyses garantissant un statut sanitaire en conformité avec les exigences européennes et françaises.
Suite à ces différents contrôles, une centaine de boucs sont écartés du schéma de sélection et reste dans l´élevage de naissance. Les 150 autres sont achetés par Capri-IA à un prix de base complété par une indemnisation correspondant aux jours de pension passés chez l´éleveur au-delà de trois mois d´âge. Ils sont ensuite transportés au Centre de production de semences de Mignaloux-Beauvoir, dans la Vienne près de Poitiers, pour subir une nouvelle série de contrôles.

Quarantaine obligatoire pour tout le monde
Dès leur arrivée en Centre de Production de semences, les candidats à l´agrément pour l´insémination entrent en station de quarantaine, dans des box individuels.
Cette quarantaine préventive obligatoire assure à Capri-IA que ses nouveaux locataires ne sont pas porteurs de problème sanitaire non exprimé dans l´élevage d´origine. Rappelons que la station de quarantaine de Capri-IA est la seule à bénéficier de l´agrément aux normes sanitaires européennes. A notre connaissance, elle ne connaît pas d´équivalent dans le monde. Les boucs sont âgés en moyenne de quatre mois et demi. Ceux qui entrent le plus tardivement peuvent avoir près de sept mois, tandis que les plus jeunes ont tout juste trois mois. Pendant les trois mois de quarantaine, ils sont soumis à de nombreux contrôles sanitaires. Ils suivent également un contrôle individuel de croissance avec des pesées réalisées tous les 15 jours.

Après la quarantaine les mâles commencent une nouvelle étape importante du schéma de sélection : le pré-testage. L´objectif de ces contrôles est d´éliminer tous les animaux présentant des défauts de croissance ou des problèmes sanitaires, mais également de repérer les mâles les plus susceptibles de produire une semence de qualité. Ils devront ainsi présenter trois aptitudes :
 Avoir une libido suffisante, c´est-à-dire être capable de saillir une chèvre jusqu´à trois fois par semaine (pour être retenu le mâle doit avoir répondu positivement à au moins 80 % des sollicitations)
 Produire des éjaculats suffisamment volumineux et concentrés en spermatozoïdes (les mâles sont conservés si plus de 80 % de leurs éjaculats sont au-dessus des seuils fixés.
 Produire une semence apte à subir la congélation/décongélation pour l´utilisation en insémination (60 % des éjaculats doivent répondre positivement au test de décongélation).

Suite à la quarantaine et au pré-testage seuls les mâles ayant obtenu des notes suffisantes aux différents examens seront conservés pour une mise en testage sur descendance, soit la moitié des 150 boucs entrés en centre. En tout le pré-testage aura duré trois mois.
Sur les 250 boucs nés des accouplements programmés, il n´en reste que 70 pour la mise en testage sur descendance. Cette étape est le seul moyen d´obtenir des index de valeur génétique fiables.

Attendre trois ans pour connaître les index
La France est le seul pays à s´être doté des moyens pour réaliser ce testage et c´est une des grandes forces de la génétique caprine pour les éleveurs français. C´est une des raisons pour lesquelles cette génétique ne connaît pas d´équivalent dans le monde.
Le testage garantit également aux éleveurs de l´hexagone que les semences de boucs améliorateurs qui leurs sont proposées sont d´un excellent niveau génétique. Le testage consiste à réaliser 180 à 200 inséminations par mâle mis en testage sur des femelles en élevage. Les femelles qui naissent de ces accouplements sont contrôlées sur leurs performances laitières (70 à 80 femelles en moyenne par mâle) et les données ainsi collectées sont compilées afin de calculer les valeurs génétiques, appelés index, des mâles de testage. C´est l´étape la plus longue du schéma puisqu´il s´écoule trois ans entre le moment où l´animal est mis en testage et le moment où ses index sont connus.

Le photopériodisme pour accélérer le renouvellement
Après quatre mois passés en Centre de production de semences, juste après le pré-testage, les jeunes mâles sont soumis à un traitement photopériodique dans un bâtiment clos éclairé par une lumière artificielle. Cette technique permet de les maintenir en activité sexuelle toute l´année.
Les mâles sont ainsi collectés en continu, à raison de trois collectes par semaine. L´objectif est de leur faire produire un stock de 2 500 doses utilisables chacun en dix-huit mois de collecte. Ce stock est suffisant pour alimenter le schéma compte tenu du nombre d´inséminations réalisées actuellement.

Une fois que le stock de 2500 doses par mâle est atteint, les deux tiers des boucs sont abattus pour être remplacés par la série suivante. Leurs index ne sont donc pas encore connus.
Lorsque les index sont enfin connus, une commission composée d´éleveurs, de représentants du Ministère de l´agriculture, de l´Institut de l´élevage, de Capri-IA et de Caprigène détermine, en fonction des objectifs de sélection, les boucs agréés pour l´insémination. A cet instant, la plupart des boucs ont déjà été abattus car ils disposaient d´un stock de doses suffisant.
Les paillettes des mâles non agréés pour l´insémination sont alors détruites et seul le stock des boucs bénéficiant de l´agrément est distribué. Chaque année 35 à 40 boucs sont ainsi agréés, race alpine et saanen confondues.
Toutes les étapes qui ont ainsi ponctué la vie d´un bouc agréé pour l´insémination sont indispensables car elles permettent à Capri-IA de proposer aux éleveurs des semences présentant de nombreuses garanties sanitaires, génétiques et de qualité spermatique.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

La revue La chèvre a 60 ans : racontez vos souvenirs avec le magazine.

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui