La chèvre 07 juillet 2004 à 18h13 |

Elevage caprin espagnol - Les races de chèvres andalouses orientées vers le lait

Les quatre races autochtones de l´Andalousie se spécialisent en production laitière mais tout en préservant la richesse du lait et leur rusticité naturelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Première région caprine d´Espagne, l´Andalousie regroupe 43 % du cheptel caprin laitier espagnol, soit plus de 600 000 chèvres. L´orientation laitière s´est affirmée au cours des vingt dernières années et la collecte régionale de lait de chèvre avoisine les 250 millions de litres.
Actuellement, le secteur caprin y connaît une intensification croissante avec une spécialisation progressive des systèmes vers la production laitière. Si l´élevage des chèvres reste très largement familial avec des tailles de troupeau variables, la tendance est au développement de troupeaux importants de 200-300 têtes jusqu´à plusieurs centaines de chèvres dont la grande majorité livrent leur lait aux entreprises de collecte.

Ce développement se réalise avec des cheptels constitués essentiellement des quatre races régionales autochtones auxquelles les éleveurs demeurent très attachés : la Murciano-Granadina, race certainement la plus connue dont le bassin d´origine est situé entre Grenade et Murcie. Avec sa robe à poils ras de couleur noire ou acajou (caoba) elle s´adapte à des systèmes d´exploitation variés. Les productions adultes moyennes des chèvres en contrôle laitier sont de 536 kg de lait en 210 jours de lactation avec un extrait sec de 14,27 % (TB = 5,31 %, TP = 3,60 %).
Avec la Murciano-Granadina, deux autres races se développent : la Malaguena et la Payoya, que nous présenterons plus particulièrement dans cet article car moins connues des éleveurs français. La quatrième race, moins fréquente et plutôt implantée dans le nord de l´Andalousie, est la Florida. Chacune des quatre races andalouses est gérée par une association d´éleveurs, les schémas de sélection appliqués étant coordonnés par l´Unité Vétérinaire du département de génétique de la Faculté de Cordoba.

La race Malaguena
Avec plus de 300 000 têtes, la race Malaguena se concentre naturellement dans la province de Malaga, son berceau d´origine, qui totalise près de 200 000 chèvres. On la trouve également dans d´autres provinces d´Andalousie comme Séville, Cadiz, Cordoue, Huelva, ainsi qu´en Extremadure et Castilla Léon.
La race est définie par une robe de couleur marron ou beige clair avec des variantes. Le poil est court mais des poils longs sur le dos et la culotte sont admis. Les mâles adultes pèsent 60 à 75 kg et les femelles 45 à 60 kg.
Le contrôle laitier a été mis en place en 1983 par l´Association qui gère la race(1). La moyenne des contrôles sur la période 1994-2000 donne une production de 451 kg de lait en 240 jours de lactation avec un extrait sec de 14,3 % (TB = 5,2 %, TP = 3,7 %). Les bonnes exploitations peuvent atteindre 630 kg de lait en 280 jours de lactation.
Une enquête réalisée auprès des éleveurs adhérents de l´Association a montré que chez 95 % d´entre eux, l´élevage caprin était la production principale, la moitié possède plus de 300 animaux dont 30 % plus de 500 têtes et 6 élevages dépassent le millier d´animaux.
©D. R.


A 90 % les exploitations sont de type familial avec 2 UMO en moyenne par élevage. A 80 % les exploitations ont une base territoriale et 70 % produisent tout ou partie de l´alimentation du troupeau. A noter que la distribution en chèvrerie s´accroît même si 95 % des exploitations sont en système semi-extensif avec sortie des troupeaux en pâturage. 85 % des élevages disposent d´une salle de traite mécanique et 100 % sont équipés en tank réfrigérant. Seulement 10 % des élevages transforment leur lait à la ferme et la grande majorité des producteurs laitiers livrent leur lait à des entreprises privées.
©D. R.


Les deux produits issus de l´élevage caprin sont le fromage Queso de Malaga vendu frais, demi-affiné et affiné ainsi que le chevreau dénommé Chivo lechal malagueno vendu à un mois environ avec un poids vif de 8 à 10 kg et donnant une carcasse de 5 à 6,5 kg.
Actuellement l´Association Espanola de Criadores de la Cabra Malaguena (AECCM) regroupe 70 élevages et 20 000 animaux inscrits. Elle possède une équipe technique (service vétérinaire, contrôle laitier, techniciens d´élevage) et un centre de sélection situé à Casabermeja (Malaga). Chaque année une grande exposition-concours se tient au mois de mai à Antequera.

La race Payoya
C´est très récemment, en 1995 que l´Association des Eleveurs de la Race Caprine Payoya a été constituée par un groupe d´éleveurs andalous(2). Actuellement l´association compte 60 éleveurs adhérents localisés principalement dans les provinces de Cadiz, Malaga et Séville.
Considérée comme une race en risque d´extinction la race Payoya (ou Montejaquena) est particulièrement adaptée aux systèmes extensifs avec parcours montagneux. Le poids des animaux se situe entre 50 et 60 kg pour les femelles, 70 à 90 kg pour les mâles. Il existe une grande variété de robes associant différentes couleurs y compris le noir, le blond et le blanc.
©D. R.


Il s´agit d´une race fondamentalement laitière et rustique avec une fertilité moyenne de 93 % et une prolificité de 1,1 à 2 chevreaux par an. Les résultats cumulés du contrôle laitier donnent une production laitière moyenne de 414 l par chèvre en 210 jours de lactation avec un TB de 4,7 % et un TP de 3,6 %.
L´association de la race dont le siège est à Algodonales dans la province de Cadiz s´est fixée comme objectif la conservation et l´amélioration de la race avec le contrôle laitier quantitatif et qualitatif, le contrôle des généalogies ainsi que l´amélioration de la morphologie en tenant compte des aptitudes au pâturage et de l´adaptation au milieu.
©D. R.


(1) Asociacion Espagnola de Criadores de la Cabra Malaguena
El Pozuelo, S/n - 29 160 Casabermeja Malaga. e-mail : cabrama@infonegocio.com
(2) Asociaccion de Criadores de la raza caprina Payoya
e-mail : payoya@wanadoo.es



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cet article est extrait du dossier de Réussir La Chèvre de Mai-Juin 2004 consacré aux «  Elevages laitiers de l´Andalousie  ». (R. La Chèvre nº262, 12 pages)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

Bouharaoua belarbi | 16 août 2008 à 22:09:49

bonjour, je cherche quelqu'un qui et du metier et peut me conseil sur l'elevages des caprins andalousie et me vendre 100 caprins, et aussi un conseil sur une unite de production de fromagerie traditionnel pour realiser ce projet qui me preocupe depuis tres longtemps en algerie, et faire travailer aquelque jeunes avec moi. merci cordialement.

hatem | 21 août 2008 à 21:38:26

salam alikom je suis tunisien et petit eleveur des caprin mon elevage est oriente pricipalement a la production des viande et maintenant je veux lancer un petit projet pour des chevres laitieres pouver vous m aider ou m accepter pour faire une une stage chez vous

Bouharaoua | 22 août 2008 à 19:00:00

bonjour,depuis janvier 2008 je fais des annances dans vos article potr achat des chevres laitieres et une petite unite de fromagerie traditionnel,pour realiser une petite industrie et faire l'elevage a partir de 100 chevres, depuis des mois aucune suite nma ete donnes a mes annance.maintenant je relance qui peut m'aider pour retrouver un eleveur qui peu me vqndre 100 chvres laitieres et une unite de fromagerie traditionnel . et meme si l'y a quelqu'un qui peu renter en algerie et faire un partenaire je sui tout a fait disponible et en etudes les projet en future qui vienne . bien coordialement

» Voir l’intégralité des commentaires et réactions à cet article...

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Allez-vous produire plus de lait ?

Répondez à la question