« anciens numeros Le numéro courant

Le billet de Damien Hardy

Le rythme des chevriers

Le métier de chevrier est bien rythmé. L’alimentation des chèvres, le paillage, la traite et la fabrication fromagère cadencent le quotidien des éleveurs. Le rythme quotidien est imposé par les chèvres. Avec deux traites par jour, les horaires sont atypiques. La première traite oblige à se lever tôt et la seconde tombe à l’heure où les autres travailleurs finissent leur besogne.

Au milieu de ce mouvement régulier où les pulsations de la machine à traire battent la cadence, les travaux saisonniers aux champs et sur le troupeau complètent la partition. Au printemps-été, le tempo s’accélère quand s’enchaînent foin, moisson, ensilage auxquels s’ajoute parfois le pic de production de lait ainsi que celui de la vente directe. Dans ces moments plus intenses, la moindre fausse note est un contretemps fâcheux. Casse mécanique, affection du troupeau, problème relationnel, prédation, météo capricieuse, contrôle administratif peuvent désaccorder le programme. Même en prenant le maximum de précautions, le vivant est par nature imprévisible et la nature impose toujours son allure. Heureusement, le tarissement d’automne-hiver laisse une assez longue période de trêve de traite qui permet de remettre d’aplomb les hommes, les bêtes et les machines. Et le cycle peut reprendre en apportant à chaque fois des variations héritées des expériences acquises.

Question du mois

Pensez-vous produire plus de lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui