La chèvre 15 mai 2014 à 08h00 | Par D. Hardy

Prévention - Le courant électrique parasite a plombé la production

Pendant plus de dix ans, les chèvres d’Éric Paredes se sont pris continuellement du jus. L’électricité a provoqué du stress et cela s’est ressenti sur le comportement, l’état sanitaire et la production laitière. (extraits)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les chèvres d'Éric Paredes n’étaient pas aussi affectueuses il y a trois ans. Le stress électrique permanent les rendait nerveuses et a provoqué des dérèglements physiologiques qui ont impacté l’état sanitaire et la production laitière.
Les chèvres d'Éric Paredes n’étaient pas aussi affectueuses il y a trois ans. Le stress électrique permanent les rendait nerveuses et a provoqué des dérèglements physiologiques qui ont impacté l’état sanitaire et la production laitière. - © D. Hardy

Le courant passe à nouveau entre Éric Paredes et ses chèvres. Fini l’ambiance électrique, les animaux sont apaisés et ruminent tranquillement. Rien à voir avec la situation d’avant où les animaux étaient stressés en permanence et l’éleveur ne pouvait pas les approcher. En cause, une tension électrique parasite que l’éleveur de Thelis-la-Combe dans la Loire a eu beaucoup de peine à diagnostiquer. Dès 1997, il remarque des premiers dysfonctionnements. « Les chèvres mangeaient mais ne produisaient pas ».

En 2000, il fait autopsier une chèvre et observe avec le vétérinaire que le tube intestinal est couvert de lésions. Alors que l’alimentation reste constante, le niveau production passe de plus de 1000 litres par chèvre à 500 litres en cinq ans. Dès la mise bas, le colostrum avait du mal à s’écouler. Certaines chèvres se tarissaient au bout d’un mois. « La moitié des chevrettes avaient des mamelles déséquilibrées dès la première mise bas et, étrangement, les onglons poussaient vite et de travers. » C’est surtout le comportement qui est progressivement devenu étrange.

La suite dans La chèvre n°322 p30

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Est-il intéressant d’investir dans la génétique ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui