La chèvre 03 septembre 2015 à 08h00 | Par C. Guinamard

Pour les fromagers fermiers, des valorisations du lait très variables

Chez les fromagers-fermiers caprins, le lait est valorisé en moyenne à 2,22 euros le litre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bio et AOP ouvrent des marchés mais n’apportent pas forcément de plus-value.
Bio et AOP ouvrent des marchés mais n’apportent pas forcément de plus-value. - © INOSYS-Réseau d’élevage Caprin, BTE GTE - Idele

En 2013, sur les 165 élevages fromagers suivis dans le cadre du dispositif Inosys réseaux d’élevage et de l’appui technique, les mille litres de lait sont valorisés en moyenne à 2 220 euros. Cependant, on observe des variations puisque la valorisation varie entre 1 100 et 5 126 euros. La région d’origine de l’éleveur, la présence ou non de signe officiel de qualité, le type de fromages fabriqué, le mode de commercialisation, sans oublier le savoir-faire commercial de l’éleveur, sont autant d’éléments qui expliquent les écarts. Sur une même zone géographique, il y a moins de 5 % d’écart entre la valorisation des fromages en bio et en conventionnels. Pour des éleveurs pratiquant la vente directe sur des marchés de proximité, le bio n’apporte pas une réelle plus-value. La démarcation permet l’accès à des circuits spécifiques (Biocoop, AMAP), ce qui peut être intéressant dans les zones saturées.

La présence d’AOP réduit les écarts entre éleveurs d’une même zone. La valorisation moyenne apparaît un peu en retrait de celle des fromages sans appellation. Les volumes transformés par les éleveurs en AOP sont plus importants (+53 % dans le Sud et + 35 % sur les autres régions) et la notoriété du produit leur permet des commercialisations hors de la région de production. Ainsi 15 % des fromagers ne fabriquent qu’un seul type de fromage avec une valorisation moyenne de 1 795 euros les mille litres. Ces éleveurs sont majoritairement situés en zone AOP. 60 % des éleveurs fabriquent une gamme de fromages lactiques de tailles et formes diverses. La valorisation moyenne est de 1 988 euros les mille litres. Un quart des éleveurs (tous dans le Sud) ont recours à plusieurs technologies fromagères. Les lactiques restent la base de leur fabrication (75 % du lait en moyenne), des pâtes pressées (15 % du lait), des produits frais comme les yaourts, la brousse (8 % du lait) viennent compléter la gamme. Leur valorisation moyenne est de 2 082 euros les mille litres. Plus valorisante, la multiplication des technologies demande cependant plus d’investissements en temps et en matériel.On observe peu de différence de valorisation moyenne selon les circuits de commercialisation. Les circuits avec intermédiaires apparaissent aussi rémunérateurs que les circuits en vente directe.

Plus d'infos sur le site www.idele.fr

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Adhérez-vous à une coopérative ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui