La chèvre 18 mars 2013 à 11h27 | Par D. Hardy

Pâturage - Des recherches pour relancer le pâturage

Pour lutter contre les parasites gastro-intestinaux ou rendre accessible de nouveaux types de surfaces, la recherche française et internationale explore différentes pistes pour que les chèvres se remettent à l’herbe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le comportement explorateur des caprins et leur sensibilité aux parasites nécessitent d’être pris en compte dans la mise en place du pâturage.
Le comportement explorateur des caprins et leur sensibilité aux parasites nécessitent d’être pris en compte dans la mise en place du pâturage. - © D. Hardy
Les chèvres vont retrouver le goût des prairies. De par le monde, la recherche agronomique apporte des solutions pour faciliter le pâturage des caprins. En Espagne par exemple, des chercheurs réussissent à faire pâturer les oliveraies sans que les chèvres touchent aux feuilles des arbres. La recherche agronomique tente d’apporter des solutions aux principaux problèmes du pâturage caprin : les vers gastro-intestinaux et la rapide apparition de résistance des parasites aux traitements.

Pourtant, le pâturage des chèvres présente bien des intérêts. Les atouts économiques de l’herbe pâturée sont appréciables quand les éleveurs ont besoin de réduire les coûts de production. Les prairies, en particulier celles avec plusieurs espèces végétales, offrent pérennité, souplesse d’exploitation et résistance aux aléas. De quoi développer des systèmes autonomes et économes.
Le pâturage des caprins est confronté à la difficulté de lutter contre les vers gastrointestinaux.
Le pâturage des caprins est confronté à la difficulté de lutter contre les vers gastrointestinaux. - © D. Hardy
En Rhône-Alpes, les essais et les observations menés à la station expérimentale caprine du Pradel ont montré que des chèvres pouvaient produire plus de 800 kilos de lait par an en valorisant des prairies temporaires avec de faibles quantités d’aliments concentrés.

En Poitou-Charentes, avec le besoin de réduire le coût de production, tant économique qu’énergétique, le réseau Redcap a été mis en place à la demande des éleveurs. Ce dispositif de recherche appliquée, géré par le Brilac, complète le nouveau dispositif expérimental Patuchev installé à Lusignan dans la Vienne. Cette installation de l’Inra qui sera inaugurée officiellement en avril fera l’objet d’un article dans le prochain numéro de La chèvre.

En se donnant de nouveaux outils, les chercheurs vont pouvoir apporter aux éleveurs des pistes pour combiner les atouts de la prairie et le potentiel de production des chèvres. Même si la recherche de connaissance est toujours une longue marche, on peut espérer des retombées positives pour concilier performance agronomique, zootechnique, économique et environnementale.

La suite dans le dossier de La chèvre n°315 de mars/avril 2013 pages 20 à 29

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Est-il intéressant d’investir dans la génétique ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui