La chèvre 20 janvier 2017 à 08h00 | Par D. Hardy
Votre recherche : betteraves (0 fois)

Les laiteries cherchent de nouveaux éleveurs de chèvres

Pour avoir du lait de chèvre et des producteurs demain, les laiteries profitent de la conjoncture caprine favorable pour inciter à l’installation de nouveaux éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les laiteries cherchent à renouveler les générations d’éleveurs de chèvres.
Les laiteries cherchent à renouveler les générations d’éleveurs de chèvres. - © D. Hardy

L'enthousiasme des éleveurs et des laiteries étaient perceptibles dans les allées du salon Capr’inov. La demande en lait de chèvre est là, ce qui tire les prix à la hausse. Mais malgré cette demande, la production de lait de chèvre tarde à redémarrer. Fin octobre, la collecte 2016 n’était supérieure à celle de 2015 au même mois que de 2,5 %. La sécheresse estivale, la mauvaise qualité des fourrages de cette année et une année agricole très difficile sont en cause, mais pas seulement.

D’abord, les éleveurs et les banques ont été échaudés par la précédente crise caprine. Ensuite, cause ou conséquence, la pyramide des âges des éleveurs caprins vieillit. Il y a certes des installations mais aussi beaucoup de départs non remplacés. Ce défi du renouvellement des générations, les laiteries s’en saisissent et elles ont notamment profité du salon Capr’inov pour afficher leurs ambitions. Les deux grandes coopératives caprines Terra Lacta et Eurial offrent ainsi des garanties de prix aux nouveaux producteurs tout en apportant un bonus sur le de nouveaux éleveurs prix du lait les premières années. Ces mesures ainsi que du cautionnement bancaire sont de nature à rassurer les partenaires financiers.

La filière caprine va bien et c’est le moment d’installer. La mesure est toutefois de mise pour éviter l’emballement. Le but n’étant pas de faire de trop grosses vagues d’installations qui pourraient déstabiliser le marché demain. « Il faut continuer à privilégier des installations responsables et réalistes tout en gardant une gestion cohérente des volumes et des prix », recommande ainsi Vincent Vallet, responsable du groupe caprin JA dans la région Auvergne Rhône-Alpes.

Dans toutes les régions, la filière caprine communique pour dire qu’il y a de la place et des perspectives dans l’élevage caprin. Jeunes éleveurs, la filière a besoin de toi !

 

Retrouvez dans La chèvre n°338 de janvier-février 2017 la suite du dossier :

  • Eurial cherche 25 nouveaux millions de litres - Soignon se développe
  • De nouveaux producteurs pour la poudre chinoise - L’Union laitière de la Venise verte
  • Une charte en Auvergne Rhône-Alpes - Favoriser l’installation
  • Plus de prêts bonifiés mais des aides modulées - La DJA en régions
  • La filière bio recrute aussi - Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine, Midi-Pyrénées
  • Terra Lacta met en avant ses producteurs - Des aides dopées

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pensez-vous produire plus de lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui