La chèvre 07 novembre 2016 à 08h00 | Par Damien Hardy

Le valençay veut maintenir ses affineurs

Le fromage de chèvre valençay craint de perdre des producteurs laitiers et fermiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2015, plus de 1,5 million de valencay et près de 230 000 petits valençay ont été commercialisés.
En 2015, plus de 1,5 million de valencay et près de 230 000 petits valençay ont été commercialisés. - © DR

L’AOP valencay s’inquiète de la modification du décret fromage qui n’autorise plus l’usage de la mention valorisante « fromage fermier ». En effet, la filière valençay s’est basée, entre autres, sur les affineurs pour se développer. Elle compte, en plus des 25 fermiers en vente directe, des 42 laitiers et des cinq laiteries, sept producteurs fermiers livrant à quatre affineurs. Les affineurs collectent des fromages frais salés chez leurs producteurs à J + 3 et les affinent en respectant le cahier des charges. Ils permettent ainsi à de nombreux fermiers de vendre une quantité importante defromages.. Quantité que les fermiers ne pourraient pas commercialiser seuls pour des problèmes de place dans la fromagerie et de moyens humains pour assurer la transformation et la commercialisation.


L’affinage à l’extérieur est un tremplin pour les fermiers


L’affinage externalisé contribue également à la création d’ateliers fermiers. Au début de son installation, le producteur fermier qui souhaite faire de la vente directe commence souvent par livrer sa production à un affineur le temps de développer son savoir-faire et de créer sa propre clientèle. « Si les affineurs disparaissent, l’installation de jeunes fromagers peut être fortement
compromise » explique un communiqué des appellations au lait de chèvre du Centre-Val de Loire.
Le syndicat du valençay estime aussi qu’au moins quatre ateliers de producteurs fermiers en vente directe et cinq élevages laitiers sont voués à disparaître dans les trois prochaines années,
entraînant une perte d’environ 70 tonnes de valençay soit 20 % du volume de l’AOP en 2015 ! La
filière recherche donc activement de nouveaux producteurs . D’autant que le fromage séduit les
consommateurs. En 18 ans , la production est passée de 147 tonnes en 1998 à 367 tonnes en 2015.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Le vétérinaire vient-il souvent chez vous ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui