La chèvre 22 mars 2012 à 14h47 | Par D. Hardy

Identification - Valoriser l'identification électronique

Contrôle laitier, tri des animaux, distribution individualisée d’aliments, gestion du troupeau… Des applications se développent en valorisant les boucles et bagues au paturon électroniques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'identification éléctronique ne se résume pas à un flicage mais permet de nombreuses valorisations en élevage.
L'identification éléctronique ne se résume pas à un flicage mais permet de nombreuses valorisations en élevage. - © D. Hardy

Le bijou à la mode dans l’espèce caprine est électronique et se porte au pâturon ou à l’oreille. Obligatoire pour tous les nouveaux caprins de plus de six mois (hors chevreaux de boucherie), l’identification électronique peut aussi se transformer en outil utile pour l’éleveur. L’introduction de l’électronique pour l’identification officielle des petits ruminants est d’abord un choix technologique de l’Europe. Ce choix est lié à la volonté de mettre en place de façon obligatoire un suivi individuel des mouvements d’animaux pour des raisons sanitaires. Mais c’est aussi, et peut-être surtout, un moyen pour les éleveurs et les techniciens de moderniser les techniques de production en facilitant et fiabilisant les enregistrements de données, en ajustant au mieux distribution d’aliments et besoins, en améliorant les conditions de travail grâce à l’utilisation d’automates et de systèmes d’alertes.

« On nous a présenté l’identification comme une obligation et un flicage, maintenant c’est à nous de s’approprier cet outil », explique Franck Merel, éleveur en Ille-et-Vilaine. La fiabilité et la rapidité de lecture des puces RFID pourraient ainsi faire de ces identifiants un outil incontournable de demain.

Les boucles électroniques doivent être placées sur l'oreille gauche de préférence.
Les boucles électroniques doivent être placées sur l'oreille gauche de préférence. - © D. Hardy

Déjà, le système de pesée et échantillonnage automatique Lactocoder est utilisé au contrôle laitier des Deux- Sèvres,Vienne,Vendée, Maine-et-Loire, Aveyron, Lozère, Lot,Tarn-et-Garonne, Loir-et-Cher, Yonne, Nord du Cher, Loiret, Nièvre et quelques élevage de l’Indre. Cet appareil, qui lit les bagues de chaque animal, a permis de réduire le nombre de peseurs et à améliorer le confort de travail et la fiabilité des enregistrements. « Les peseurs sont plus détendus et les éleveurs aussi », confirme Jean-Yves Lerhiau, contrôleur laitier à la Caiac. Les résultats issus du contrôle au Lactocorder sont aussi riches d’informations sur la durée de traite ou la qualité du nettoyage mais à condition de s’y pencher.

Les fabricants de matériel commencent aussi à proposer des systèmes de lecture fixes ou mobiles. En salle de traite, savoir où se situe chaque chèvre permet d’individualiser la ration distribuée pendant la traite ou de trier les animaux à réformer. La généralisation de l’électronique pourrait également faciliter le retour des DAC, les distributeurs automatiques de concentrés, dans les élevages caprins. Beaucoup de ces applications sont encore en cours de développement et les fabricants les mettront en avant surtout quand tous les troupeaux seront passés à l’ère électronique. De nombreux défis techniques sont encore présents mais les fournisseurs devront se mettre sur la même longueur d’onde pour rendre cette technologie la plus accessible. Petits et grands troupeaux pourraient en profiter largement.

La suite dans le dossier de La chèvre n°309

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Natalie Sylvain | 26 mars 2012 à 17:27:03

pour envoyer à Micheline

Roland Buttay | 26 mars 2012 à 18:06:01

Bonjour, L'identification électronique n'apporte rien en matière de traçabilité et si certains y trouvent un avantage, ce n'est pas une raison pour la rendre obligatoire pour tout le monde. Je regrette que "La Chèvre" fasse de la publicit& pour cette pratique couteuse qui va encore alourdir les charges d'élevage. Quel est votre intérêt dans cette affaire??? Je regrette beaucoup d'avoir renouvelé mon abonnement. Roland BUTTAY

Pamela | 26 mars 2012 à 20:19:51

Bonjour, si la boucle électronique permet de faire tout ce qui est dans l'article alors on ne peut nier l'importance du progrès technique, après peut-être que la celle-ci aurait dûe rester un choix de l'éleveur comme peut l'être le contrôle laitier et non une obligation comme elle l'est aujourd'hui. Si le sanitaire est une des raisons importantes pour ce passage alors il faudrait donner plus d'informations pour convaincre la majorité que les charges liées à tout cela valent la peine.En ce qui me concerne je suis demandeuse pour plus d'informations sanitaires car le progrès technique appartient à chacun de l'utiliser sur son élevage ou pas.

» Voir l’intégralité des commentaires et réactions à cet article...

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Faites-vous appel au financement participatif ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui