La chèvre 31 mars 2012 à 16h12 | Par L. Capde

Hérault - Deux ex-ingénieurs font parrainer leurs chèvres

Du costume d’ingénieur aux bottes d’agriculteurs. À 27 ans, Simon et François, deux ex-ingénieurs héraultais amorcent une reconversion inédite : devenir chevriers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Du costume d’ingénieur aux bottes d’agriculteurs. À 27 ans, Simon et François, deux ex-ingénieurs héraultais amorcent une reconversion inédite : devenir chevriers.

Au centre du « business plan » de ce Gaec : le parrainage. « Les gens peuvent parrainer une chèvre pour 200 euros par an, en échange, on leur promet quinze fromages par mois », explique Simon. Dans le troupeau des biquettes dont ils ont fait l’acquisition il y a deux mois, un tiers des chèvres sont déjà parrainées. Elles s’appellent Farfalle, Gisèle, Boney M, Goulamas…

Un an après avoir quitter leur entreprise respective et après l’obtention de diplômes et formations spécialisés, les deux jeunes amis qui se sont rencontrés sur les bancs de la fac s’apprêtent à vivre leur rêve d’enfants. Dans quelques semaines, après les mises bas, ils produiront leurs premiers pelardons dans leur Ferme de l’Hort.

« Ce sont des amoureux de la nature mais ils sont aussi très brillants, estime leur ami Aymeric. Leur expérience d’ingénieur va leur permettre d’avoir une approche plus scientifique et très maîtrisée du territoire et de la fabrication. » Des agriculteurs nouvelle génération… Subventionnés par la région et l’Europe, François et Simon ont construit un bâtiment pour la production du fromage et investit dans le matériel. La commune d’Argelliers leur prête un peu plus de deux cents hectares de terrain en échange de l’entretien de l’espace. « Un tiers de notre production partira chez un affineur dans le Gard, un autre tiers en boutique et dans les restaurants et un dernier tiers en vente directe sur l’exploitation », explique François.

Bonnet péruvien pour François, baton de berger pour Simon, les deux copains de 27 ans ont quitté leur boulot d’ingénieur pour fabriquer des pélardons.
Bonnet péruvien pour François, baton de berger pour Simon, les deux copains de 27 ans ont quitté leur boulot d’ingénieur pour fabriquer des pélardons. - © L. Capde

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

CLAUDE SCADUTO | 10 avril 2012 à 14:59:52

MES FELICITATIONS JE VOUDRAIS AUSSI ACHETER QUELQUES CHEVRES DE RACE DIFFERENTES ET NE SAIS PAS OU M'ADRESSER JE VIS PRES DE BRIVE EN CORREZE POUVEZ VOUS M'AIDER CLAUDE SCADUTO

Florent | 09 mai 2012 à 16:51:14

Bonjour, je suis un jeune homme de 15 ans motiver dans le millieux des chevres et moutons qui recherche un patron pour cette annes seriez vous interesser ? Merci

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Adhérez-vous à une coopérative ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui