La chèvre 18 mars 2016 à 08h00 | Par A. Villette

Faire du bon foin pour les chèvres

Les conseils de Jean Legarto de l'Institut de l'élevage pour faire du foin nourrissant et appétant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La couleur du foin est un bon indicateur de la qualité.
La couleur du foin est un bon indicateur de la qualité. - © D. Hardy

Faire du bon foin, c’est technique et ça prend du temps. Il faut faucher au bon moment, c’est-à-dire juste avant que 50 % des bourgeons floraux des légumineuses ou des épis des graminées soient sortis au champ. Dans le cas de prairies multi-espèces, il faudra raisonner selon l’espèce dominante ou la plus précoce. La hauteur de coupe doit être comprise entre 5 et 8 cm du sol. En dessous, il existe un risque sanitaire par introduction de terre dans le fourrage. Par ailleurs, la faible quantité de matériel végétal laissé en place pénalise le redémarrage de la prairie. Le matériel utilisé devra être peu agressif afin de conserver un maximum de feuilles, riches en matière azotée. Les faucheuses conditionneuses à doigts ainsi que les andaineurs à soleil sont moins agressifs pour la luzerne. Privilégiez ainsi un fanage tôt le matin (avant la levée de rosée) ou tard le soir. Il est ensuite conseillé d’attendre 80 à 85 % de matière sèche pour botteler et de le faire le matin avant la rosée ou le soir et de laisser les bottes à l’extérieur quelques jours pour attendre que la température soit inférieure à 45 °C.

Pour connaître la valeur alimentaire des foins, l’analyse biochimique reste la mesure la plus précise mais celle-ci peut se révéler coûteuse et incomplète. C’est pourquoi, l’Institut de l’Élevage a adapté aux caprins une grille d’évaluation basée sur l’observation visuelle du foin, sa composition et les circonstances de sa récolte. Dans un premier temps, il faut faire attention aux couleurs et aux odeurs : une odeur de caramel est signe d’un foin qui a chauffé et d’une perte de valeur nutritive, de même qu’une couleur rouge-brun. La connaissance du déroulement de la récolte fournit de bons indices. Est-ce qu’il a plu ? Y a-t-il eu des épandages peu de temps avant la récolte ? Combien de temps a-t-il été gardé au séchage dehors ? Un foin laissé trop longtemps dehors ou trop vieux perd de sa valeur énergétique. Il faut aussi se méfier des ajouts d’additifs qui sont souvent des cache-misères. Le troisième élément d’appréciation est lié à la plante. La composition botanique, le cycle d’exploitation et le stade de récolte induisent une présence plus ou moins importante de tiges et feuilles, d’énergie et de protéines.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Est-il intéressant d’investir dans la génétique ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui