La chèvre 12 juin 2006 à 12h18 | Par Damien Hardy

Elevage caprin/Equipement - Certitraite et Optitraite permettent le contrôle technique de la machine à traire

Les installations de traite se contrôlent et s´entretiennent. Avec Certitraite(1), pour les nouvelles installations, et Optitraite(1), pour le contrôle régulier, l´éleveur a la garantie d´une machine à traire conforme aux normes et respectueuse de la santé de l´animal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Comme c´est un outil robuste dont ils se servent tous les jours, les éleveurs n´ont pas forcément conscience que la machine à traire peut se dérégler » explique Olivier Sauvée, ingénieur traite à l´Institut de l´élevage. Pourtant, une machine à traire bien installée et bien réglée peut éviter des problèmes. Tout d´abord, la machine à traire doit vider la mamelle complètement pour ne pas laisser de lait et rapidement pour optimiser le temps de travail. Ensuite, il y a un risque sanitaire pour l´animal puisqu´une machine à traire en mauvais état ou mal réglée contribue au développement des mammites. Enfin, la qualité de l´installation de la machine à traire influe sur la qualité du lait, notamment pour la lipolyse et la bactériologie.
C´est pour pallier ces problèmes que le contrôle de la machine à traire s´est développé il y a près de quarante ans. Les éleveurs et les fabricants de machine à traire se sont regroupés dans une interprofession appelée Cofit, le Comité français interprofessionnel pour les techniques de production du lait. Ensemble et avec l´appui de l´Institut de l´élevage, ils ont élaboré des référentiels techniques pour le contrôle des installations. Ainsi, ce contrôle appelé Optitraite est réalisé par l´un des 700 agents formés et agréés. Avec un outillage approprié - manomètre, débitmètre, pulsographe ou tachymètre -, le technicien vérifie tous les paramètres qui caractérisent le fonctionnement de l´installation : niveau de vide, débit de la pompe à vide, réserve réelle, absence de fuites, fonctionnement des pulsateurs. A l´issue du contrôle, l´éleveur reçoit une fiche contenant tous les résultats et les conseils nécessaires au maintien de son installation en bon état.
En 2004, 67 700 installations de traite ont passé le contrôle Optitraite, soit près de 59 % du parc des machines à traire les vaches, les chèvres ou les brebis. « Le nombre de contrôle a augmenté à partir de 2000 grâce à la Charte des bonnes pratiques d´élevage qui impose un contrôle annuel » précise Olivier Sauvée. Pour les installations neuves, Certitraite permet de s´assurer que la machine à traire sera conforme aux normes en vigueur. Plus récent, il a concerné 1600 installations neuves ou rénovées en 2004.
L´examen visuel de l´installation permet de donner un avis sur l´état d´usure du matériel ou sur les pentes nécessaires au bon écoulement du lait. ©D. Hardy

Pourquoi faire contrôler sa machine à traire ?
 Un mauvais rapport de pulsation risque de provoquer des lésions aux extrémités des trayons.

 Une fréquence de pulsation trop faible augmente inutilement le temps de traite.

 Un vide trop élevé génère une traite agressive et des lésions sur les trayons.

 Un vide trop faible provoque des glissements ou des chutes de manchons et peut générer des entrées d´air importantes pendant la traite.

 Un régulateur défectueux
ou un débit insuffisant de la pompe à vide ne permettent pas la stabilité du vide nécessaire pendant la traite.

 Des fuites sur l´installation peuvent diminuer la réserve réelle et même créer des problèmes de lipolyse du lait si elles sont provoquées sur les parties où le lait circule.

Mise en garde
 Depuis le 1er janvier 2006, le contrôle des installations de traite est un critère pris en compte dans la conditionnalité des aides, dans le cadre du paquet hygiène. Une pénalité de 10 points sera appliquée si le contrôle n´a pas été effectué dans les 18 mois.
Renseignez-vous auprès de votre installateur ou auprès des organismes départementaux d´accompagnements des éleveurs (Chambre d´agriculture, Contrôle laitier ou GDS selon les départements).

(1) Certitraite et Optitraite sont des marques déposées.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Est-il intéressant d’investir dans la génétique ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui