La chèvre 17 novembre 2017 à 08h00 | Par Antoine Hory, Capgenes

Des parents connus pour nos chevrettes

Seules 40 % des chevrettes ont leurs deux parents connus. Pourtant, connaître père et mère améliore grandement l’efficacité de la sélection génétique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La plaquette La filiation des chevrettes donne l’exemple du passage de 20 à 50 % de filiation en trois ans pour un élevage de 300 chèvres. Cela permettrait un gain de plus de mille kilos de lait avec de meilleurs taux.
La plaquette La filiation des chevrettes donne l’exemple du passage de 20 à 50 % de filiation en trois ans pour un élevage de 300 chèvres. Cela permettrait un gain de plus de mille kilos de lait avec de meilleurs taux. - © Capgenes

Depuis le lancement officiel de Gènes avenir en 2016, la nouvelle offre de services pour la reproduction et la sélection génétique se met progressivement en place. Parmi les nouveautés issues de cette réflexion collective, l’amélioration de la filiation dans les élevages est capitale pour améliorer les performances laitières. Aujourd’hui seules 40% des chèvres suivies par le réseau conseil élevage ont une filiation connue (père et mère).

Pourtant, connaître la filiation des chèvres permet d’augmenter le progrès génétique et ainsi mieux répondre aux besoins de la filière. C’est aussi pour l’élevage, le meilleur moyen pour éviter la consanguinité directe et éviter d’élever des animaux génétiquement moins intéressants en choisissant mieux les reproducteurs.

Pour la filière, c’est disposer d’un panel plus large de chevrettes connues pour la constitution des nouveaux troupeaux tout en garantissant un niveau génétique de qualité. Enfin, la filiation permet de bénéficier d’index sur des caractères à plus faible héritabilité (index morphologique caprin, cellules somatiques…). «En passant de 40% à 60% de filiation sur les 360 000 chèvres suivies en contrôle laitier officiel, on pourrait gagner 84 000 litres de lait dès la première année et 500 000 litres au bout de troisans », calcule Pierre Martin de Capgenes.

Dès leur naissance, les chevreaux et chevrettes peuvent être
placés dans un chariot avec des cases où est noté le numéro des mères.
Dès leur naissance, les chevreaux et chevrettes peuvent être placés dans un chariot avec des cases où est noté le numéro des mères. - © D. Hardy

Pourtant, des actions simples peuvent être mises en place pour connaître les parents des chevrettes. Avec l’insémination animale, le père est identifié. En monte naturelle, le père peut aussi être connu en utilisant un seul bouc et en le changeant toutes les toutes les semaines dans chaque lot.

Au moment de la mise bas, il faut assurer la filiation maternelle en veillant à une identification rapide des chevrettes. Pour cela, on peut valoriser l’identification électronique en lisant la puce de la chèvre, saisissant l’identifiant du chevreau sur le boîtier et en identifiant le jeune avec un tip-tag ou directement avec un identifiant définitif. Pour faciliter le chantier, on peut utiliser un dispositif du type «chariot» avec des cases pour mettre les chevreaux avec une ardoise sur laquelle le numéro de la mère est noté. Il faut ensuite transférer rapidement ces informations sur son logiciel de gestion de troupeau. Il n’y a alors plus besoin d’y revenir et la date de mise bas est envoyée au système d’information du contrôle laitier. Cela évite de redonner les dates de mises bas lors du contrôle suivant.

Poser un second identifiant à la naissance évite les erreurs de filiation si l’on perd le premier. En cas de doute, il est possible de réaliser des contrôles sanguins de filiation sur les chevrettes que l’on souhaite conserver. Pour aider les éleveurs à améliorer leur filiation, France conseil élevage, France génétique élevage et Capgenes ont édité une plaquette de quatre pages détaillant ces enjeux et bonnes pratiques. Les 1 800 éleveurs inscrits en contrôle de performance ont reçu cette plaquette en août dernier. Les techniciens caprins des entreprises de mise en place, des contrôles laitiers et de Capgènes sont également présents pour accompagner les éleveurs dans cette démarche. N’hésitez pas à les contacter pour en savoir plus.

 

Plaquette à télécharger sur http://www.capgenes.com/filiation/

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Jasmine (07) | 21 novembre 2017 à 21:24:31

industrialiser les animaux...dés la naissance... c'est pour eux,alors,le "couloir de la mort"..pas de la vie!!!

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Le vétérinaire vient-il souvent chez vous ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui