La chèvre 03 juillet 2017 à 09h00 | Par Marie-Astrid Batut

Cultiver son autonomie alimentaire

L’autonomie alimentaire permet de mieux résister aux aléas économiques et climatiques. Les moyens de l’atteindre sont aussi divers que les exploitations caprines

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les fourrages, et majoritairement le foin, constituent en moyenne 68 % de la ration des chèvres
Les fourrages, et majoritairement le foin, constituent en moyenne 68 % de la ration des chèvres - © D.Hardy

L’autonomie alimentaire et protéique des exploitations est au coeur des préoccupations des éleveurs, des filières et des acteurs de la recherche et du développement. L’augmentation constante du prix des matières premières utilisées dans l’alimentation des caprins, les aléas climatiques et une demande de la part des consommateurs de produits sécurisés et respectueux de l’environnement sont des arguments en faveur de ces autonomies. En France, les fourrages, et majoritairement le foin, constituent en moyenne 68 % de la ration des chèvres. En moyenne, 61 % de la ration alimentaire est produite sur l’exploitation. Mais pour atteindre de bons niveaux d’autonomie, les stratégies peuvent différer en fonction du système d’exploitation, d’alimentation et du milieu.

61 % de la ration produite sur l’exploitation

Avant de chercher l’autonomie à tout prix, il faut donc identifier les leviers d’amélioration de son système afin de ne pas se lancer dans des projets d’envergure peu adaptés à son exploitation. Le foin, le pâturage, l’enrubannage, l’affouragement en vert… sont autant de systèmes pouvant améliorer l’autonomie en fourrage et même parfois en concentré, à condition de produire des fourrages de qualité. Dans la question du développement de l’autonomie alimentaire, les signes officiels de qualité (AOP, label, bio, etc), ne sont pas en reste. En effet, 36 % des éleveurs de chèvres produisent du lait selon les conditions d’au moins un cahier des charges.La législation européenne donne une place importante à l’autonomie alimentaire et fourragère comme un lien au terroir pour les fromages AOP. En agriculture biologique aussi, la recherche d’autonomie alimentaire est un enjeu important. La recherche d’autonomie par les éleveurs répond non seulement à des enjeux économiques, à des cahiers des charges de signes de qualité mais aussi parfois pour être en adéquation avec une philosophie de production.

 

A retrouver dans ce dossier :
  • L'herbe au coeur de l'autonomie des exploitations
  • Intégrer l'enrubannage en fonction du contexte fourrager
  • La surcoût de l'enrubannage vite rentabilisé
  • AOP et autonomie fourragère
  • L'enrubannage pour un fourrage de qualité
  • Quatre façon d'affourager en vert

Un dossier de Jérémie Jost (Idele) et Marie-Astrid Batut  à retrouver à la page 19 du numéro de juillet -aout ( 341)

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pensez-vous produire plus de lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui