La chèvre 28 février 2014 à 08h00 | Par D. Hardy

Coopératives - Vers un rapprochement entre Valcrest et Eurial

En se rapprochant d'Eurial, l'Union Valcrest pourra bénéficier de la force commerciale et du savoir-faire technologique du leader français du fromage de chèvre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les présidents du groupe Eurial et de l'Union Valcrest viennent de signer une lettre d'intention en vue de fusionner leurs activités de transformation et de commercialisation.
Les présidents du groupe Eurial et de l'Union Valcrest viennent de signer une lettre d'intention en vue de fusionner leurs activités de transformation et de commercialisation. - © D. Hardy

Dans un communiqué daté du 28 février, les groupes coopératifs Eurial et Union Valcrest annoncent leur intention de fusionner leurs activités de transformation et de commercialisation. Ce projet de rapprochement reste soumis au vote des assemblées générales de juin 2014 et à l'avis consultatif des élus du personnel.

« Si le projet aboutit, l'Union Valcrest dont le siège se situe à Givors (Rhône) apportera à Eurial l'ensemble de ses activités aval, soit trois sites de transformation à Crest (Drôme), Vinay (Isère), La Chapelle-Saint-Laurent (Deux-Sèvres), un site administratif et logistique à Givors (Rhône), ainsi que la commercialisation de ses produits : des IGP ou des spécialités régionales au lait de vache comme le Saint-Marcellin IGP, le Saint-Félicien, la Brousse… et des fromages de chèvre à forte valeur ajoutée, comme les chèvres lardés, les panés de chèvre, le Picodon AOP… L'Union Valcrest conservera l'intégralité de ses activités amont : collecte, paie de lait, conseil technique aux producteurs... Et Valcrest sera représentée au sein du Conseil d'Administration d'Eurial. »

L'Union Valcrest avait basé son dévelopement en fabriquant à la fois des fromages traditionnels (picodon, saint-Félicien...) et des produits innovants (chèvre chaud, chèvrelard...).
L'Union Valcrest avait basé son dévelopement en fabriquant à la fois des fromages traditionnels (picodon, saint-Félicien...) et des produits innovants (chèvre chaud, chèvrelard...). - © D. Hardy

Si le rapprochement est réalisé, les produits de l’Union Valcrest pourraient bénéficier de l'expertise industrielle d'Eurial ainsi que de sa force commerciale en grande surface, à l’export ou en en restauration hors foyer.

Le communiqué cite le président de Valcrest, Pierre-Jo Aufranc : "Ce rapprochement avec Eurial offre de nouveaux horizons à nos produits et s'impose comme un levier de développement majeur pour offrir des débouchés supplémentaires au lait de nos producteurs en Rhône-Alpes et Saône-et-Loire."

Par cette future union, Eurial et Valcrest peuvent renforcer leur positionnement sur des produits chèvre à forte valeur ajoutée (chèvres lardés, chèvres panés) ainsi que sur des spécialités fromagères régionales en vache (IGP).

La zone de collecte de Valcrest couvre principalement la région Rhône-Alpes.
La zone de collecte de Valcrest couvre principalement la région Rhône-Alpes. - © Valcrest

 

A propos des deux groupes

L'Union Valcrest compte environ 250 coopérateurs basés principalement en région Rhône-Alpes. La coopérative fabrique et commercialise des fromages traditionnels, comme le Saint-Marcellin, le Saint-Félicien, la Brousse, le Picodon AOP, le Chèvre crémier, le Chèvre frais, mais aussi des fabrications innovantes comme le Chèvre chaud, le Chèvre feuille de brick, le Chèvrelard… Valcrest réalise un chiffre d'affaires de près de 50 millions d'euros pour un litrages collectés de 45 millions de litres, dont 17 millions de litres de lait de chèvre. Valcrest compte 214 salariés.

Groupe principalement fromager, Eurial occupe la place de leader, depuis plus de 10 ans, sur le marché du chèvre français, avec sa marque Soignon. Il est aujourd'hui le premier producteur de mozzarella en France. Le Groupe est aussi très présent sur le marché du fromage surgelé pré-tranché (IQF). Sa marque Grand Fermage est numéro 1 sur le segment des beurres de spécialité (beurre au sel de mer de Noirmoutier et beurre AOP Charentes-Poitou). Basé à Nantes (44), Eurial rassemble 2 500 exploitations réparties sur 11 départements, 1 900 collaborateurs, 13 sites industriels dont 10 en France et a réalisé un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Produisez vous sous signe de qualité ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui