La chèvre 08 juin 2007 à 17h32 | Par Damien Hardy

Climat - Adapter la production fourragère aux sécheresses

Les rencontres des chercheurs de l´Association française pour la production fourragère de mars dernier a permis de balayé toute une palette d´adaptations envisageables pour faire face au nouveau défi climatique en élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« La France n´est pas menacée d´aridité mais force est de constater que les évènements de sécheresse comme celui de 2003 sont amenés à se reproduire » prédisait Bernard Itier de l´Inra de Montpellier en introduction des deux journées de l´AFPF(1) consacrées à la sécheresse. En effet, depuis 1985, une année sur deux connaît des épisodes de sécheresse, c´est-à-dire une période avec un déficit hydrique marqué, dans une ou plusieurs régions de France. La prise en compte de ce risque s´impose maintenant plus que par le passé et la sécheresse n´est plus un aléa climatique extraordinaire mais plutôt un état fréquent et prévisible du climat à un moment donné.
Or, l´augmentation de la fréquence des sécheresses au cours des dernières années rend les systèmes d´élevage plus vulnérables. Les systèmes basés sur l´utilisation de l´herbe sont, en effet, plus touchés en raison de la forte saisonnalité de la croissance de l´herbe. « La production d´herbe connaît de très grande variation, explique Gilles Lemaire de l´Inra de Lusignan (86). Elle peut varier de 50 % d´une année sur l´autre alors que la production de céréale, par exemple, ne varie guère au-delà de 20 %. »
Pour autant, le rendement total fourni par les prairies ne devrait pas varier de manière significative, même à une échelle de long terme (2070-2100), de l´ordre de 0,3 tonne de matière sèche par hectare.

Pâturage étalé, céréales immatures, luzerne et sorgho
En revanche, il est vraisemblable que l´on s´achemine vers un changement des périodes de pousse : plus d´herbe au printemps et en automne, et l´été une production aléatoire avec une forte incertitude sur la reprise effective à l´automne en fonction de l´intensité de la sécheresse estivale. Pour faire face à ces bouleversements annoncés, l´agriculture n´a d´autre choix que de s´y acclimater. Plusieurs chercheurs, techniciens et éleveurs testent déjà des moyens d´adapter les systèmes fourragers. Pour Gilles Lemaire, la première des mesures à prendre est la baisse du chargement ainsi qu´un changement dans les pratiques de pâturage.
Un pâturage qui pourrait s´étaler plus largement sur l´année afin de valoriser la croissance d´herbe permise par les ressources naturelles en eau de la période hivernale. Les stocks fourragers serait alors réservé le plus possible aux périodes de pénurie d´herbe en été. « La culture de plantes réalisant l´essentiel de leur croissance dans les périodes où la sécheresse est limitée » est également une voie à développer selon Gilles Lemaire.

C´est le cas des céréales, qui peuvent être ensilées à un stade immature, en fin de printemps, moment où l´éleveur peut déjà évaluer le risque de sécheresse à venir. C´est également un des avantages du maïs avec sa double utilisation possible (grain ou ensilage) qui peut être orientée selon les besoins et une fois l´accident climatique passé. Autre voie d´adaptation possible pour les systèmes fourragers : l´utilisation plus systématique de la luzerne. « La luzerne est naturellement adaptée à la sécheresse grâce à un enracinement profond » estime Gilles Lemaire. Le sorgho grain ensilé peut aussi devenir une alternative au maïs ensilage, notamment dans les régions sèches du Sud-Est, du Sud-Ouest et du Centre-Ouest. « En conditions limitantes en eau, le sorgho a un potentiel de production de matière sèche qui s´avère plus élevé que le maïs », explique-t-il. Quoi qu´il en soit, chaque élevage devra ensuite adapter ses solutions à son parcellaire et sa région climatique. Ainsi, la pratique de la pâture des reports sur pied en été, quoique intéressante, ne fonctionne pas dans toutes les zones géographiques.
Multi-espèces et nouvelles espèces prairiales
Le changement des compositions prairiales est une autre voie d´adaptation intéressante. Ainsi, plusieurs intervenants ont montré du doigt l´intérêt des prairies multi-espèces (mélanges associant plusieurs graminées et plusieurs légumineuses) pour maintenir un niveau de production en conditions de déficit hydrique estival que ce soit pour la pâture ou la fauche. « La production de matière sèche annuelle des prairies multi-espèces est toujours supérieure à celle de l´association ray-grass anglais-trèfle blanc, présente Sabine Battegay, ingénieur régional Arvalis-Institut du végétal à Rennes. Et l´écart de production peut atteindre 80 % en conditions de sécheresse estivale marquée. » Ces compositions sont à adapter en fonction du type de sol et du mode d´exploitation propre à chacun.
S´il n´est, hélas, pas possible d´avoir des plantes qui poussent sans eau, Jean-Louis Durand de l´Inra de Lusignan prédit, lui, des évolutions génétiques probables des plantes vers une plus grande résistance à la sécheresse. La création variétale inclut d´ailleurs de plus en plus ce critère dans la sélection de nouvelles variétés de fourrage. C´est le cas par exemple de l´Inra qui a développé un hybride entre le ray-grass et la fétuque, espèce plus résistante à la sécheresse. Le festulolium ainsi créé résiste mieux au déficit hydrique grâce notamment à ses racines plus profondes. Face aux risques de sécheresse, l´élevage devra réaliser d´importantes mutations pour s´adapter.



La France va vers des étés plus secs et plus chauds et des hivers plus arrosés et plus doux.

Source : « Premiers éléments de prospective sur les conséquences des changements climatiques au niveau des prairies et du maïs » - AFPF


(1) AFPF : Association française pour la production fourragère. (www.afpf-asso.org)

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Savez-vous où va votre lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui