La chèvre 21 septembre 2007 à 17h06 | Par Bernard Aumailley - L´Agriculteur charentais

Charentes-Poitou - Ancrer la production sur le territoire région

Face à un risque de délocalisation de la production, le Bureau régional interprofessionnel du lait de chèvre de Charentes-Poitou a mis l´installation et la transmission d´exploitation au coeur des débats de son assemblée générale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A écouter les professionnels réunis à l´occasion de l´assemblée générale du Brilac le 5 juillet dernier à Surgères, il y a du souci à se faire sur la pérennité de la filière régionale. Si l´image des produits laitiers est bonne, connue des consommateurs, ces derniers n´identifient pas Poitou-Charentes comme région caprine. Pourtant le travail ou les compétences ne manquent pas autour des actions menées par l´interprofession régionale du lait de chèvre.
Associés maintenant avec les Pays de la Loire, les éleveurs et les transformateurs du Brilac interprètent les indices positifs de la filière. « La production dans notre bassin laitier n´est pas suffisante pour couvrir le développement du marché » observe Didier Rat, le président du Brilac en constatant l´importation massive de lait. « Nous sommes inquiets du risque de délocalisation de la production » ajoute-t-il. Question de revenu, rétorquent certains participants. La revalorisation du prix du lait a pourtant débuté en 2005 et s´est poursuivie depuis.

En 2006, la collecte régionale représentait 54 % de la collecte nationale et 69 % si l´on élargit aux Pays de la Loire, nouvelle locomotive régionale. Le prix moyen sur ces zones était à 521 ?/1000 l (9 ? de plus qu´en 2005 soit une augmentation de 1,7 %). Les prix restent « l´attrait pour conforter les éleveurs en place et motiver des jeunes à s´installer » rappelle le président.
Si le Code mutuel caprin progresse (440 adhérents en Poitou-Charentes et 110 en Pays de la Loire), le Brilac aspire à de nouvelles formes de conduite des entreprises caprines : organisation du travail, relations entre les hommes, transmissibilité des outils et consommations énergétiques maîtrisées. Histoire d´être là encore demain. Valise pédagogique pour expliquer dans l´élevage, promotion dans la restauration hors domicile, portraits d´éleveurs, Capr´Inov pour la partie visible. Groupe d´éleveurs autour du travail, programme Agro-Transfert sur l´alimentation des chèvres et le pâturage ou le programme Praiterre (Prairies et Territoires) de l´Inra, pour le moins visible .

Plan Capr´1 pour l´installation et la transmission
Eric Ferré, conseiller à l´Adasea des Deux-Sèvres, est clair : pour que les exploitations soient transmissibles, il faut qu´elles soient attractives, résistantes au démantèlement, « vraiment cessibles » et puissent évoluer. Pour cela, le plan d´installation Capr´1, piloté par le Brilac et la Fresyca, a permis de repérer ces exploitations avec ou sans successions, avec l´implication des laiteries et des Adasea.
A l´aune des chiffres des installations deux-sèvriennes, toutes productions confondues, Eric Ferré trouve des clignotants au vert : un nombre important d´exploitants ont des successeurs identifiés, et les installations hors cadre familial se développent. Mais la production caprine n´est pas dans la même dynamique puisque moins de 5 % des projets d´investissement en Deux-Sèvres étaient caprins. L´atelier bovin-viande gagne du terrain face au caprin.
Aujourd´hui, dans la région, 40 % des éleveurs de chèvres ont plus de 50 ans et les deux tiers sont incertains sur leur succession. « Seule une transmission d´élevage sur deux sera assurée dans les dix ans qui viennent » indique Frantz Jénot de la Fresyca.

Les causes sont multiples : liées à l´atelier lui-même, aux bâtiments, à la maison d´habitation, au souhait de changer de production, au désintérêt des enfants pour l´élevage.
Les pistes d´action portent sur le foncier, les bâtiments d´élevage, la maison d´habitation. Pour conforter l´intérêt de la production caprine, il faut agir sur le revenu, les conditions de travail et le niveau d´investissement.
Le Plan Capr´1 mise sur une synergie d´action entre les acteurs de l´interprofession, les organisations professionnelles et les collectivités territoriales. Il en va de la survie d´un fleuron économique régional.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Savez-vous où va votre lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui